Fédération des Aveugles et Amblyopes
 de France
Gard-Lozère

Compte-rendu d'activités

Culture : Une après-midi cinématographique à Alès

Le 28 Mars 2015
Rédigé par : Amélie TOUSSAINT

Du 20 au 29 mars, le Festival cinéma d’Alès Itinérances a battu son plein. Des dizaines de films ont été projetés dans les salles obscures de la capitale cévenole. Pour permettre à tous d’accéder à la culture cinématographique, la FAAF Gard-Lozère a collaboré avec les organisateurs du Festival et la Coordination Surdité du Gard. Cette collaboration qui existe depuis plusieurs années porte chaque année ces fruits et met en avant les procédés technologiques utilisés par les personnes déficientes auditives et déficientes visuelles pour rendre le cinéma accessible.
Le samedi 28 mars, c’est donc un groupe de 18 personnes déficientes visuelles et 6 personnes déficientes auditives, qui ont embarqué dans un car mis à disposition en direction d’Alès. En arrivant devant le cinéma Le Cratère, nous avons rejoint le groupe d’alésiens. Ce n’est pas moins de 27 personnes adhérentes de la FAAF Gard-Lozère qui ont assistées au film Attila Marcel réalisé par Sylvain Chomet. Chacun à récupéré un casque dans le hall et s’est installé dans la salle. Ce casque nous a permis d’accéder à l’audio-description du film. C’est un procédé nous décrivant tous les évènements et plans visuels du film.
Avant le début de la séance, Erik Antolin, chargé de la communication du Festival Itinérances, accompagné de Mme Christel Berard, Présidente de la Coordination Surdité du Gard, et de notre Président Frédéric Barety, a présenté la mise en place de cette séance adaptée aux personnes handicapées mais ouverte à tous. Cette présentation était doublée d’un interprète en langage des signes et de la vélotypie pour les personnes déficientes auditives.
Le film portant sur le thème de la mémoire et de l’inconscient a été apprécié par la plupart des personnes et m’a beaucoup touché. C’était l’histoire d’un jeune homme qui après avoir perdu ses parents à l’âge de 2 ans, a été élevé par ses tantes. Ces dernières ont mis tout le cœur à en faire un virtuose du piano. Paul, le jeune homme, est muet depuis l’accident de ses parents. Il va reconstituer tout au long du film ses souvenirs d’enfance pour arriver à la vérité de l’accident qui l’a mis dans cet état.
Après toutes ces émotions, le groupe s’est retrouvé autour d’un verre au café se trouvant en face du cinéma. Cette après-midi très conviviale s’est terminée dans les rires et la bonne humeur. Nous avons ensuite tous embarqué pour retourner sur Nîmes.
Merci à nos charmantes bénévoles présentes lors de cette belle après-midi, Samira, Carole, Mélanie et d’autres…

A l’année prochaine pour un nouveau Festival et de nouvelles aventures audio-décrites.