Fédération des Aveugles et Amblyopes
 de France
Gard-Lozère

Centenaire de la Fédération La Fédération des Aveugles et amblyopes de France fête ses 100 ans !
Découvrez toutes les activités proposées par la FAAF Gard-Lozère à cette occasion.

Compte-rendu d'activités

Loisir : Un week-end au Mont-Aigoual

Le 01 Mai 2017
Rédigé par : Dany FREYSSENET

Dimanche 30 avril, nous retrouvons nos amis Nîmois à Alès par un temps pluvieux, et c'est parti pour 2 heures de montée et virages pour rejoindre le Mont-Aigoual. Ambiance sympathique dans le minibus.

Nous pique-niquons dans le gîte situé à proximité de la station météo, la pluie est glaciale et le vent souffle très fort. Après ce bon moment de partage, nous nous dirigeons vers cette grande bâtisse avec peine sous les bourrasques du vent, le brouillard et la pluie.
Rémy, le météorologue, nous reçoit et nous explique que le Mont-Aigoual est un sommet situé dans le sud du massif central à la limite entre le Gard et la Lozère. Il culmine à 1565 mètres d'altitude, cela en fait le point culminant du Gard et le second de la Lozère et des Cévennes, après le Mont-Lozère (1699 mètres).
Au sommet de l'Aigoual, les conditions météorologiques sont souvent extrêmes, l'air méditerranéen et l'air océanique étant sans cesse en confrontation. Ce lieu est le plus arrosé de France, avec un peu plus de 2 mètres de pluie par an et 240 jours de brouillard. Le sommet est enneigé de la mi-novembre à avril.
Le Mont-Aigoual est remarquable par son panorama, son climat et son observatoire météorologique où le début des premiers relevés date de 1896.
Autrefois, au XVIIIème siècle, couvert de forêts et de beaux pâturages. Suite à une surexploitation de la forêt due aux besoins miniers, les sols s'y dégradent brutalement au XIXème siècle, engendrant des crues catastrophiques: 1844, 1856, 1861 et 1868 notamment. C'est alors qu'a été entreprise la première opération de reforestation anti-érosive en France. Haut lieu de l'histoire des camisards et maquisards, le Mont-Aigoual a inspiré de nombreux écrivains cévenols,

Rémy nous indique que la température est de 3°, température ressentie -5°, avec un vent fort, et que cela aurait pu être pire encore, comme nous trouvions qu'il faisait froid. Puis nous avons reçu un beau nuage en souvenir de notre passage.

Après quelques achats dans la boutique de la station, nous regagnons les minibus pour redescendre vers des températures plus clémentes.
Nous découvrons l'auberge de la Jonte où nous sommes très bien reçus. Après installation dans nos chambres, le ciel étant dégagé, nous décidons de faire une petite balade histoire de nous dégourdir les jambes. La rivière se fait entendre. Après l'apéritif, nous avons dégusté un excellent et copieux repas au cours duquel nous avons fêté l'anniversaire de Claude.

Le lendemain, après un petit déjeuner convivial, nous découvrons la maison des vautours dans les gorges de la Jonte situé en Lozère.
Un guide nous explique le mode de vie de ces charognards. Ils sont présents depuis 70 000 ans dans ces gorges et ont servis de nettoyeurs durant toute la période médiévale, débarrassant les paysans des carcasses animales. Ils ont cohabité pacifiquement avec les hommes jusqu'au milieu du XIXème siècles. À la fin des années 40, les derniers vautours fauves disparaissent du ciel français. En 1970, une tentative est menée afin de les réintroduire dans les gorges de la Jonte et depuis 1976, tous les rapaces sont protégés dans le parc national des Cévennes.
C'est ainsi que 4 spécimens d'origine espagnole sont relâchés. Un peu plus d'un an plus tard, ils manquent tous à l'appel. Un programme en captivité est alors lancé, une dizaine d'années plus tard, la liberté est rendue aux captifs. Il existe 4 espèces de vautours qui se complètent puisqu'ils se nourrissent de différentes parties du cadavre animal. De la terrasse du belvédère, grâce à des caméras, certains ont pu les observer dans leurs nids, avec leurs jeunes, ou volants dans les gorges.

Nous quittons ce magnifique parc pour regagner l'auberge où nous a été servi un très bon repas. L'ambiance est très conviviale comme toujours, le temps passe vite et il fallait penser à repartir avec regrets. Nous retournons à la station météo car Pierre a oublié ses baskets là-haut. Nous avons fait des photos dans la neige avec les chiens qui étaient ravis tout comme nous, par contre beaucoup moins amusant pour les chauffeurs, la route étant verglacée.

Une petite visite à Valleraugue dans une coopérative pour découvrir des produits régionaux. Le neveu de Pierre nous a fait déguster un excellent jus de pommes. Après avoir fait quelques provisions de bouche, nous retrouvons les minibus pour Alès et Nîmes, le temps étant venu de se dire au-revoir après cette escapade bien agréable.

Un très grand merci à Pierre pour nous avoir proposé ce magnifique week-end qui nous apporte de très bons souvenirs et la joie de passer de merveilleux moments tous ensemble. Un grand merci également à tous nos bénévoles, sans votre aide précieuse, rien ne serait possible pour nous.
Quel bonheur de découvrir des sites variés et très beaux.