Fédération des Aveugles et Amblyopes
 de France
Gard-Lozère

Compte-rendu d'activités

Loisir : Un repas dans le noir

Le 25 Novembre 2011
Rédigé par : Véronique Houssin et Nathalie Bomakodo

Le vendredi 25 novembre 2011, l’association « le troisième œil » organisait un repas dans le noir à thème créole au centre de pleine nature, les lutins Cévenols à St Bauzille de Putois.
Un lieu rendu accessible, adapté à tous les handicaps. L’objectif était de sensibiliser le grand public ainsi que les acteurs de notre société à la cécité et de prendre conscience de la difficulté à se déplacer, s’informer, se divertir, se former, se maintenir une autonomie en milieu scolaire ordinaire ou à son domicile.

Un petit groupe d’adhérents de la FAF, accompagné d’amis « voyants » s’est rendu à Saint Bauzille pour participer à cette soirée. Voici le témoignage de deux personnes ayant vécu ce repas « dans le noir » :

« J’ai vécu le mois dernier une expérience troublante, un repas dans le noir, sous bandeau, en compagnie de quelques amis, voyants et non voyants.
Un bandeau m’a été placé sur les yeux, et j’ai ensuite été dirigée par une personne voyante vers une table où étaient déjà assises d’autres personnes. Première sensation : j’ai dû interroger mes voisins de table, pour savoir qui ils étaient, et où ils se situaient dans l’espace par rapport à moi.
Un repas créole nous a été servi, sans que nous ayons de détails sur son contenu. J’ai eu un peu de mal à identifier les aliments qui m’étaient servis. J’ai alors réalisé que le visuel d’un plat aide à en déterminer la teneur exacte. J’étais assez satisfaite d’avoir pu manger sans trop de difficulté l’entrée, un potage, et le plat principal ,que j’ai par ailleurs trouvé très bon, riz, crevettes et haricots rouges. Par contre, le dessert m’a posé beaucoup plus de problème, il s’agissait d’une glace, et j’avoue que j’ai eu recours à mes doigts pour éviter de faire glisser ledit dessert dans l’assiette de mon voisin.
Pendant le repas, une musique de fond était diffusée, je l’ai ressentie comme une agression, elle m’a parue très amplifiée.
A la fin du repas, au moment où j’ai retiré mon bandeau, j’ai découvert avec surprise la disposition de la salle et de la table. Je n’avais pas eu conscience du nombre de personnes qui mangeaient avec moi, ni du nombre de personnes présentes ou de la disposition générale de la pièce. J’étais incapable de repérer le trajet que j’avais fait une heure plus tôt depuis l’entrée.
Voilà, cette expérience m’a permis de mieux comprendre les difficultés inhérentes à la cécité, et particulièrement l’importance des sens compensatoires. »

« Voici mon ressenti sur cette soirée « Repas dans le noir ». Tout d’abord pour connaître un handicap tel qu’il soit, au travers de cette soirée, j’ai compris qu’il fallait le vivre, et surtout en ressentir toutes les difficultés afin de pouvoir les guider au mieux.
Pour nous voyants, cette histoire a été une perte totale de la notion d’espace d’où une désorientation perturbante ! Le bruit était une gêne considérable entraînant un frein à la concentration dont nous avions besoin pour mener à bien ce repas à l’aveugle. Une expérience riche en émotion et en compréhension.
Et surtout, nous prenons conscience de la merveilleuse machine humaine qui compense la perte d’un sens par le développement des autres.
Pour moi, ce fut une des leçons de la vie et une magnifique rencontre avec des personnes sincères. »